Mercerie

Rubanerie & Biais

Mercerie créative

La mercerie : Au Bonheur des Dames, de Zola à Christina Cordula.

C’est au XIIème siècle qu’apparait la première définition de la mercerie comme toute sorte de marchandises dont les marchands du corps des merciers ont le droit de faire trafic, telles que des objets
d’ameublement, vêtements, bijoux, etc. Pendant longtemps, mercières et merciers furent des marchands ambulants avant l’apparition des premières boutiques proposant boutons et fils, rubannerie et
épingles, passepoils et biais, galons et dentelles pour toutes les couturières. Mais aussi sangles, cordons ou broderies. Les boutiques seront complétées par l’apparition des grands magasins comme le Bon
marché popularisé par Zola et son « Bonheur des Dames » :
Le long de la galerie Michodière, la mercerie et la passementerie, les articles de Paris et les rubans, jetaient des reflets de coteaux éloignés, l’éclair blanc des boutons de nacre, des bronzes argentés et des
perles.
Cent vingt-cinq ans plus tard, la mercerie est toujours à l’honneur dans la littérature, représentée par Grégoire Delacourt et son roman « La liste de mes envies ». La chanson française contient, elle aussi, des
pépites de textes sur l’univers de la mercerie, comme « Mademoiselle Angèle ». De même que les médias, avec des émissions thématiques, comme « Cousu main », présenté par Christina Cordula. Au
final, la mercerie n’a pas fini de faire parler d’elle !

Les mille et un accessoires de la mercerie

Peu d’activités proposent autant de matériel et d’accessoires que la mercerie, qui nécessite un rangement et une minutie sans faille. Ainsi, les meubles de mercerie comportent des dizaines voire une
centaine de tiroirs pour renfermer ces trésors.
Par exemple, toutes les gammes de boutons peuvent y être rangées, comme les boutons en nacre, métal, bois et corne, à pression, à queue, à trous, tunnel, à clou , les brandebourg, ou les bûchettes. Sans
oublier les épingles à nourrisse ou la grande variété des fermetures à glissière.
Rubannerie et passementerie sont deux arts anciens qui permettent une belle finition des ouvrages de couture : rubans, biais, sangles, cordons, dentelles, broderies, galons, auto-agrippant (comme le
Velcro®) ou élastiques, iront orner les vêtements et toutes les réalisations créatives.
Bref, un inventaire à la Prévert indispensable à toutes les couturières !

Tout le matériel pour mesurer, tracer, couper vos réalisations

Aucun ouvrage de mercerie ou de couture ne peut se faire sans eux : règle plate ou arrondie, équerre, mètre-ruban, calibre pour couturière permettront de mesurer avec la précision nécessaire les
différentes pièces de la réalisation. Dans un second temps, le traçage sera réalisé à l’aide d’une craie de tailleur, d’un crayon pour couturière, d’une roulette ou d’un stylo marqueur. Au final, les ciseaux de
tailleur couperont les pièces suivant les indications du papier pour patron dans le bruit feutré du tissu.

Les bons outils pour confectionner un ouvrage réussi

Selon Gandhi, la machine à coudre est « une des rares inventions utiles ». Le premier métier à coudre mécanique revient au français Barthélémy Thimonnier en 1830. De nombreux perfectionnement seront apportés, notamment par Singer, qui restera plus d’un siècle le leader du secteur.  Il sera rejoint puis dépassé par d’autres concurrents, comme Pfaff, Brother, Juki, Bernina ou Janome. Fils et tissus en sont les éléments complémentaires indispensables. Leur qualité est essentielle à la réussite de tout ouvrage. Par exemple, Gütermann ou DMC sont les marques de fils les plus réputées qui proposent des fils en coton ou polyester, à repriser, à bâtir et des moulinés pour la broderie. Pour donner à vos réalisations une parfaite finition, le complément idéal à la machine à coudre est la surfileuse, que toutes les marques proposent.
Enfin, pas de mercerie réussie sans appareil à biais, pelote à épingles, dés, enfile-aiguille, œuf à repriser ou découd-vite, tous ces outils indispensables dont les marques porte-drapeaux sont Bohin et Prym.
Au final, la mercerie est un univers de création qui nécessite organisation, minutie et bons outils !

Le Label Oeko-Tex : un atout pour l’environnement et la planète.

Tous les biais de notre boutique sont certifiés par les labels Oeko-Tex et GOTS.
La norme Oeko-Tex désigne un label de qualité qui garantit l’absence de substances nocives (produits toxiques) pour le corps et l’environnement dans tous les tissus certifiés. Le label GOTS atteste la qualité biologique et écologique du textile (Ecocert).
Ainsi, les articles textiles, comme les tissus en coton, ne représentent aucun danger pour la santé humaine. Ceci est essentiel pour les articles destinés aux enfants, en particuliers les bébés.
Vérifiez simplement la présence d’une mention ou d’une étiquette Oeko-Tex sur l’image ou la description du produit afin de savoir si le tissu qui vous intéresse dispose du label Oeko-Tex.
La boutique Au fil du coupon propose une sélection de tissus tous certifiés par le label Oeko-Tex.